Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En suivant les méandres de l'Arguenon

Publié le par randonnee-quevert

Des randonneurs heureux sur le site du château du Guildo

Des randonneurs heureux sur le site du château du Guildo

 

Un circuit à faire en tenant compte de la marée et de la météo : l'Arguenon maritime. Aujourd’hui toutes les conditions sont réunies avec comme témoin un soleil radieux.

Avec des mines enchantées à l'annonce du circuit les 16 marcheurs ont rejoint Le Vieux Bourg de St Lormel. Non loin de sa chapelle et de son enclos Sylvain a donné le top départ d'une rando en suivant les méandres de l'Arguenon.

l'Arguenon s'envase, à marée haute fini le temps où les bateaux remontaient jusqu'à Plancoët. Et pourtant sur les quais il y avait de l'activité ! Pommes, bois, ciment … étaient embarqués. A la veille de Noël nos amis anglais chargeaient des bateaux de gui. Aujourd'hui seuls les canoës remontent jusqu'à l'estuaire pour un moment de détente.

En suivant les méandres arrive la propriété de l'Argentaye La nature a repris ses droits le château ou « villa italienne » se cache derrière ses chênes centenaires. Seule la chapelle se dresse au bout du parc et laisse entrevoir une vaste propriété connue comme étant le plus vaste ensemble architectural de Bretagne édifiée d'un seul tenant.

Voilà Créhen, une commune en pleine extension ! Enviée de ses voisines du canton. Les Créhénnais s'y sentent bien. Les activités y sont variées. Nous voilà au port du Guildo, il est sur les terres de Créhen. Un passage obligé au château pour les randonneurs. Un monument impressionnant, érigé face à l'estuaire . En ce moment pas possible d'y accéder, de grands travaux de conservation ont commencé afin de sécuriser et pour une mise en valeur du lieu. Domaine départemental, c'est un peu de nous. Les échafaudages côté terre barrent l'entrée.

Changeons de rive en passant le pont René Pléven. Ici c'est un autre décor une végétation abondante borde le sentier. Nous sommes dans le marais, le terrain est souple et sec : idéal pour les marcheurs ! Roseaux et iris y sont roi.

Marée montante, on s'agite dans l'eau... Dommage ! Nous n'avons pas d'épuisette. De beaux mulets frétillent, le menu du dîner est à revoir.

Une sympathique randonnée de 14,5 km faite en mortes eaux pour le bonheurs des marcheurs de l'Argentel. A ceux qui vont découvrir le Tyrol « Bon et Agréable Séjour » Au plaisir de vous revoir.

En suivant l'Arguenon avec les marcheurs de l'Argentel

Partager cet article

Repost 0

L'estuaire du Frémur à marée basse

Publié le par randonnee-quevert

En longeant l'estuaire du Frémur avec les marcheurs de l'Argentel

En longeant l'estuaire du Frémur avec les marcheurs de l'Argentel

Un site naturel et varié attendait les 21 marcheurs de L'Argentel. Sylvain a guidé marcheurs et marcheuses sur les rives de l'estuaire du Frémur en partant du bourg de Lancieux.

Lancieux, un savoureux mélange entre village de terroir et station balnéaire qui s’apprête à recevoir les vacanciers. Calme Lancieux... A marée basse les marcheurs s'en vont sur le sentier de pays et le GR 34 à la découverte...

L'estuaire du Frémur, frontière entre les deux départements des Côtes d'Armor et d'Ille et Vilaine. En suivant le sentier apparaît le Frémur en un mince filet d'eau qui s'en va rejoindre La Manche.

Passons sur la digue de Roche-Good et voilà le moulin à marée du même nom. Un moulin imposant qui longtemps a été associé au moulin à vent de La Buglais à l'entrée du bourg de Lancieux. De moulin à grains il a trouvé une reconversion en belle résidence.

Longeons les roselières de Doitelle. Autrefois exploitées, le chaume recouvrait les petites maisons de pêcheurs de Lancieux et ses environs.

De petit fleuve côtier l'estuaire du Frémur a une grande superficie de vasières où se développe une végétation particulière. Jadis cette vase était exploitée pour extraire la marne qui amendait les terres des environs. Fini l'extraction les bateaux y viennent en mouillage.

Encore quelques pas sur le nouveau sentier aménagé cet hiver avant de rejoindre le bourg. Passage rapide en bordure du Vieux Clocher. Il aurait tant à nous raconter avec sa fière allure il nous encourage à revenir par un bel après-midi.

Une diversité d'odeurs, de végétation et de sons ont accompagné les marcheurs sous un soleil estival. Un circuit plein de charmes !

Les 21 marcheurs de l'Argentel sur les rives du Frémur

Partager cet article

Repost 0

En avant sur les sentiers du Minihic sur Rance

Publié le par randonnee-quevert

Souvenir à la cale de Notre Dame de La Miette

Souvenir à la cale de Notre Dame de La Miette

 

Les rives de La Rance maritime ! C'est au Minihic sur Rance que Sylvain a guidé les 22 marcheurs de L'Argentel. Un circuit divers et varié pour le bonheur des marcheurs de l'Argentel où nous avons découvert ou redécouvert tous les trésors naturels d'une commune entre '' Terre et Mer " .

C'est sur la rive gauche de la Rance que s'abrite le petit village de paysans à vocation maritime comme nombre de bourgs qui bordent la Rance quand les hommes étaient marins pêcheurs à Terre-Neuve. Le passé a laissé des traces encore visibles dans les rues du bourg. En descendant vers la Rance les maisons à perron de marins sont proportionnelles à la richesse des habitants de l'époque. Les temps ont changé. Le Minihic, pays de charpentiers de la marine a vu les chantiers s'éteindre seuls quelques uns résistent.

Longeons le chantier de La Landriais avec sa cale sèche en bois où les bateaux pouvaient rester hors de l'eau le temps nécessaire pour la réparation. Réhabilité cet ouvrage est unique en France et inscrit au patrimoine national.

Avec sa façade naturelle Le Minihic offre de magnifiques paysages où se côtoient terre et mer entre ses pointes rocheuses, pâturages et champs cultivés. En suivant le chemin des douaniers nous voilà à la plage Garel ou le rafraîchissement a été bienvenue. La grève des Marais d'où nous avons aperçu St Suliac. Rejoignons la cale de Notre Dame de La Miette qui veillait au départ des marins pour Terre-Neuve. Aujourd'hui c'est sur les 22 marcheurs qu'elle a veillé.

Dans l'arrière pays, les bois de châtaigniers, de chênes, les prairies et les zones humides sont un autre cachet de notre circuit. La vallée St Buc et sa chapelle sont des lieux avec un autre décor naturel, champêtre et verdoyant. Retrouvons le sentier du littoral avant de rejoindre le bourg.

Un circuit apprécié des marcheurs ! Merci Sylvain pour ce circuit . Un peu chauvins les marcheurs de l'Argentel en reconnaissant que les 12,500 km en bord de Rance étaient du BONHEUR !

 

 

Du bonheur sur le Sentier du littoral au Minihic sur Rance

Partager cet article

Repost 0

Le Bois- Joli entre rives fleuries et plan d'eau

Publié le par randonnee-quevert

Avec le soleil les marcheurs de l'Argentel au bord du Bois Joli

Avec le soleil les marcheurs de l'Argentel au bord du Bois Joli

 

Concilier la marche et le plaisir des yeux... Sylvain a vu juste en guidant les 20 marcheurs de l'Argentel sur les rives du Bois-Joli.

C'est autour du plan d'eau de plus de 60 hectares que nous avons marché. Le Frémur qui sépare l'Ille et Vilaine et les Côtes d'Armor alimente des retenues d'eau, des plans d'eau propices à la randonnée.

En longeant les rives fleuries du Bois Joli ce sont deux barrages que nous avons vu : celui du Bois- Joli et du Pont Es Omnés. Le barrage du Bois- Joli, le dernier construit, alimente en eau potable les communes à la gauche de La Rance et une partie de la région malouine. Celui du Pont Es Omnés, le plus ancien, est connu des pêcheurs pour ses anguilles qui y séjournent avant de passer de l'eau douce à l'eau de mer. Barrage construit par les Allemands pour la défenses de l'aéroport. De même de nombreux blockhaus aujourd'hui envahis par la nature témoignent d'un lourd tribu payé à la dernière guerre par la région de Pleurtuit.

Le long du sentier des traces de carrières d'où est sorti le granit pour la construction du viaduc de Dinan. Changeons de rive.

En suivant le sentier bordé de cerisiers en fleurs nous voilà face au château de Kergoat. Lui aussi depuis la dernière guerre il a connu divers épisodes . Aujourd'hui il est devenu résidence. Un peu plus loin c'est l'ancien manoir de Pomphily. En raison de la mise en eau de la vallée les propriétaires de la ferme sont expropriés au début des années 1990. Aujourd'hui c'est le refuge des chauves-souris.

Belle randonnée, beau circuit des mots exprimés par les marcheurs en disant MERCI au guide pour son choix !

Sur les rives du Bois Joli avec des airs venus du soleil, le Cap Vert.

Partager cet article

Repost 0

Des Mégalithes à la vallée de l 'Adria à Pleslin-Trigavou

Publié le par randonnee-quevert

Les marcheurs de l'Argentel à la recherche des légendes

Les marcheurs de l'Argentel à la recherche des légendes

Avec 17 marcheurs de L'Argentel Sylvain nous a guidé entre les mégalithes et la vallée de l'Adria sur les sentiers de Pleslin-Trigavou.

Aller sur les sentiers de Pleslin sans passer au cimetière des Druides ou pour certains « le Champ des Roches » pas possible ! C'est ainsi que nous avons longé les mégalithes et les légendes qui les entourent. Plusieurs légendes circulent... A chacun la sienne, poursuivons le sentier.

Pleslin et ses légendes... Cette fois c'est à la porte de Trigavou qu'une autre légende nous attend. La chapelle des Vaux à proximité du manoir du même nom a aussi sa légende connue et racontée où une chèvre fit prisonnier un loup. Une énigme pour son origine ? Les poutres sculptées de l'église de Trigavou retracent la légende.

Un peu de sous-bois, des champs de colza et voilà un sentier que Sylvain nous fait découvrir. Un sentier en sous-bois avant de retrouver la Voie Verte. Un passage TGV devant l'ancienne gare reconvertie en gîte puis descendre vers la vallée de l'Adria. Une vallée récemment aménagée tout en longeant le ruisseau du même nom permet de relier la Voie Verte au centre du bourg. Une zone humide et inondable bien aménagée à vocation piétonne a permis aux marcheurs de l'Argentel de rejoindre l'église St Brigitte avec son dôme en ardoises.

Tout en longeant l'ancien lavoir sur un circuit de plus de 11 km les marcheurs de l'Argentel ont apprécié la nature au milieu des légendes.

 

Des Mégalithes à la vallée de l'Adria avec les marcheurs de l'Argentel

Partager cet article

Repost 0

A Langrolay avec les marcheurs de l'Argentel

Publié le par randonnee-quevert

Paisible l'estuaire de La Rance !

Paisible l'estuaire de La Rance !

 

Retiré des bords de Rance, c'est au centre du bourg de Langrolay que 20 marcheurs de l'Argentel se sont donnés rendez-vous pour poursuivre la découverte de La Rance maritime. Langrolay a toujours eu une vocation agricole, c'est pourquoi il n'y a jamais eu de véritable port contrairement aux communes voisines.

Un circuit dans une campagne qui chaque jour voit sa végétation exploser. Le vert devient la couleur dominante tandis que les arbres et talus se parent de mille couleurs.

Un circuit en sous-bois en longeant les terres agricoles où le maraîchage est dominant. Tout au fond c'est la vallée où coule le ruisseau de la Houssaye. Nous avons oublié notre boulier pour compter les agréables ponts de bois passés dans la vallée.

Arrive le quartier de St Buc avec son château qui figure parmi les malouinières de la région. Une pause pour admirer sa façade et son plan d'eau. Une légende dit que l'étang abrite un souterrain avec un Loup-garou. De l'autre côté de la route sa chapelle restaurée qui l'été ouvre ses portes pour des expositions.

Poursuivons le sentier sur le GR 34C . La grève de Morlet, un lieu de pêche connu pour le bar qui remonte du barrage. Arrive la grève du Roué avec sa petite cale de plaisance et son ponton de bois. En face une vue sur St Suliac et le Mt Garrot.

Un peu plus loin c'est la Ria de Langrolay. Ici se sont des teintes verdâtres pour la végétation. Cette zone est rarement recouverte mais reste vaseuse avec des dépôts de sédiments. En longeant les herbus et le ruisseau retrouvons le paisible bourg.

C'est sur un sympathique circuit que Sylvain a guidé ses marcheurs et nous a fait passer un agréable après-midi !

En estuaire de Rance à Langrolay

Partager cet article

Repost 0

Un air de Printemps au départ de La Plaine de Taden

Publié le par randonnee-quevert

Tout en racontant les légendes les marcheurs de l'Argentel au pied du menhir

Tout en racontant les légendes les marcheurs de l'Argentel au pied du menhir

 

Voilà le temps des primevères

Voilà le temps des violettes

Suivons la danse des papillons

Car voilà le Printemps

 

Voilà le Printemps, les rayons de soleil qui se sont plus chauds. Les marcheurs de l'Argentel apprécient les sentiers à cette saison. Les talus se colorent, les oiseaux sont de plus en plus bavards, ça sent le renouveau...

Pour goûter et apprécier l'arrivée de cette saison c'est en zone protégée que 19 marcheurs ont pris le départ à La Plaine de Taden. Une zone protégée tant par son histoire que du point de vue de sa faune et de sa flore. Un point privilégié pour les oiseaux d'eau douce et les oiseaux d'eau de mer. Sur ce site plus de 120 espèces d'oiseaux passent ou séjournent.

Un lieu marqué à la période Gallo Romaine, La Plaine de Taden remontant en pente douce vers les terres permettait le transit des marchandises vers Corseul en passant par Quévert. La voie Gallo Romaine nous avons emprunté  un tronçon.

Quitter Taden et rejoindre St Samson, mais où est la frontière ? Pas vue ! C'est au menhir de St Samson que nous faisons une pause. Une pierre lisse et dénuée d'intérêt pour certains. Affaissée par le poids des ans, vestige du passé plusieurs légendes sont attachées à ce menhir.

Quelques pas à Plouer . Les sentiers offrent une variété de sites à découvrir en suivant sentiers anciens et récents. Là on sait où est la frontière. Le pont solide et récent permet de passer le ruisseau au sec.

Le pont Lessard marque notre retour vers Taden. Destiné au passage des trains reliant la Bretagne à la Normandie , construit en 1879, bombardé en juin 1944 il restait toujours debout. C'est en Août 1944, que les Allemands le firent sauter. Pour sa reconstruction la population vivant sur les deux rives de La Rance donne de sa participation.

Tout en longeant La Rance quelques carrelets sont les vestiges d'une époque révolue quand cette pêche permettait d'améliorer l'ordinaire.

Quittons La Rance maritime à l'écluse du Châtelier qui marque la limite avec La Rance fluviale. Le port de Lyvet un passage obligé pour les bateaux qui rejoignent la mer. Pas de passage d'écluse pour nous. C'est par le chemin de halage que nous retrouvons La Plaine de Taden.

Entre Rance, vallées et sous-bois un circuit de 11 km a permis aux marcheurs de l'Argentel d'apprécier l'arrivée du Printemps sur un agréable circuit !

 

 

Entre Rance, vallées et sous-bois avec les marcheurs de l'Argentel

Partager cet article

Repost 0

De Léhon à Calorguen il n'y a que quelques pas

Publié le par randonnee-quevert

le vieux pont chargé d'histoires

 

Léhon la petite cité de caractère a vu 22 marcheurs d l'Argentel fouler ses pavés et parcourir ses sentiers et chemin de halage.

C'est au pied de la piscine et à l'ombre de l'Abbaye St Magloire que Sylvain a donné le top départ pour un circuit entre canal et campagne.

Comme les fières chevaliers de l'époque nous avons grimpés l'éperon rocheux pour atteindre le château fort datant des années 1034. Il défendait l'entrée de la vallée de La Rance. Rasé il sera reconstruit dont on voit aujourd'hui les restes. La réhabilitation des tours et courtines de la vieille forteresse permet d'accueillir les visiteurs et randonneurs. Pour plusieurs parmi nous c'était une découverte des lieux et de impressionnante vue sur la vallée.

C'est un circuit « tranquille » que Sylvain a proposé aux marcheurs. En empruntant le halage nous suivons La Rance canalisée qui s'enfonce dans une campagne boisée. Tout au long des 84 km et de Napoléon à nos jours que d'histoires à raconter. Sans compter les 30 ans de travaux qu'il a fallu pour le rendre navigable. Ainsi il relie La Manche à l'Océan. Gabares et chalands disparus les écluses ne s'ouvrent qu'aux plaisanciers. Plus de chevaux pour tirer les péniches vélos et marcheurs ont pris le relais.

Une escapade vers Calorguen qui nous permet d'admirer le manoir de Boutron qui domine le canal. Un beau corps de ferme restauré et entretenu. Suivent le moulin et l'écluse de Boutron . Ce moulin a été construit par la même famille que le manoir.

Au détour d'un méandre du canal Léhon apparaît. Retrouvons le vieux pont de Léhon. De gué sur Rance, puis de pont de bois souvent emporté par les eaux ou affaissé par les charges il sera remplacé par la pierre. A la Révolution son arche centrale sera sautée et remplacée par une passerelle. Reconstruit en pierre la même arche sera explosée lors de la dernière guerre pour ralentir le mouvement de Libération. Il faudra attendre 1946 pour sa reconstruction.

En foulant les pavés du bourg au retour ce sont plusieurs pages d'histoire que nous avons tourné sur plus de 10 km !

 

Partager cet article

Repost 0

Partager la Voie Verte à St Samson

Publié le par randonnee-quevert

Une pause avant le retour

Une pause avant le retour

Un slogan publicitaire connu : « 2 en 1 », ce mardi les marcheurs de l'Argentel ont pris acte. C'est sur la Voie Verte au départ de St Samson que 17 marcheurs se sont retrouvés pour partager le chemin.

La Voie Verte ou l'histoire d'une ligne ferroviaire oubliée. L'omnibus reliait Dinan à la station balnéaire de Dinard. Le service est supprimé en 1972. Quelques uns parmi nous se rappellent ce temps où ils allaient aux bains de mer à St Enogoat.

En 2006 de ligne de chemin de fer  se transforme en Voie Verte et devient le paradis des randonneurs. Ici pas d'embouteillages on peut profiter du grand air et du vent comme aujourd'hui. Ne nous plaignons pas il a chassé nuages et giboulées. Sur notre parcours les côtes sont abolies. En croisant les cyclistes on se salue d'un « bonjour » sympathique.

La voie verte bénéficie d'un revêtement sablé très confortable. Tout en marchant nous passons devant les vestiges du patrimoine ferroviaire, avec les maisons des gardes-barrières à l'architecture caractéristique. Un souvenir du temps où la petite loco à vapeur tirait les wagons à travers la campagne.

Partie intégrante de notre patrimoine local la Voie Verte a permis aux marcheurs de l'Argentel de parcourir 10 km tout en partageant un agréable moment !

La Voie Verte, le bonheur des marcheurs.

Partager cet article

Repost 0

Retour sur le passé du Quiou à Tréfumel

Publié le par randonnee-quevert

De résidence de chasse à aujourd'hui le château du Hac

De résidence de chasse à aujourd'hui le château du Hac

 

Du Quiou à Tréfumel des pages d'histoire et des millénaires... Des sites archéologiques à découvrir. Randonner c'est aussi ouvrir l’œil et découvrir un passé, les marcheurs de l'Argentel guidés par Sylvain en parcourant les chemins ont fait un retour dans le passé.
En empruntant la Voie Verte nous voilà au bord de la Villa Gallo-Romaine. Une découverte grâce à des photos aériennes. Des fouilles sont organisées. Elles sont fructueuses et mettent à jour une villa sans doute occupée par un haut fonctionnaire romain. La nature du sol calcaire a sans doute permis cette conservation.
Reprenons notre chemin pour retrouver un autre site. Là il nous faut remonter dans le temps …. pas moins de 13 millions d'années en arrière lorsque la mer envahissait l'Ouest de La France. Lieu unique en Bretagne où les faluns sont encore visibles. Avec un peu de patience il est possible de trouver des fossiles, des coquillages divers. La carrière de La Perchais où nous sommes descendus contient des trésors de vie du passé. La mer s'est retirée au fil des millénaires la pierre de falun, un calcaire tendre, avait pris place. Son exploitation a servi à la construction d'une part et d'autre part à l'agriculture pour l'amendement des sols. Les fours à chaux au bourg du Quiou permettaient cette transformation. La récente Maison des Faluns retrace cette époque.
Non loin de là Tréfumel. C'est au pied de l'église St Agnès que quelques maisons en pierre de falun permettent de voir qu'elle est une pierre facile à travailler : lucarnes et dessous de toit témoignent d'un riche passé. Ici un patrimoine particulièrement riche dans son église, un mobilier protégé ainsi que des objets d'art. Certains objets rares et précieux sont dans un coffre à la banque pour échapper aux pilleurs.
Un retour vers le Quiou en longeant le château du Hac. Un chef d’œuvre architectural construit en pierre de falun il conserve pureté et élégance avec ses tourelles. Longtemps résidence de chasse des Ducs de Bretagne après avoir été plus ou moins à l'abandon d'importants travaux l'ont fait renaître .
Après plus de 11 km les marcheurs de l'Argentel sont rentrés heureux d'avoir concilier marche et culture.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>