Une journée au Penthièvre

Publié le par randonnee-quevert

Ils se sont retrouvés au moulin de St Lazare

Ils se sont retrouvés au moulin de St Lazare

La cité du Penthièvre,, une page d’histoire que les 16 marcheurs de l’Argentel ont découvert. Le plan d’eau de La Ville Gaudu  accueille les marcheurs pour une journée sac à dos.

Un lieu qui allie détente et promenade autour de ses 13 hectares.La collégiale  sur son piton rocheux  nous souhaite bienvenue à la découverte des lieux. Elle est construite à l’emplacement de l’ancienne chapelle seigneuriale des Ducs de Penthièvre. Avec sa structure militaire elle veille sur les autochtones. Et nous y sommes montés !

Marcher en découvrant Lamballe,, beau programme que Sylvain nous a établi pour cette journée. Longer les lavoirs et Le Gouessant,  une des richesses lamballaises. A notre passage ils pourraient nous faire part de la gazette locale qui se partageait au rythme des battoirs ou tout simplement nous dire le pourquoi de leur présence en ce lieu. A l’époque de leur création ils étaient environ 90 sur les rives du Gouessant. Ils sont crées suite à une épidémie qui sévissait dans la région et par mesure d’hygiène. Quelle épidémie ? Les archives ne disent rien si se n’est l’obligation de Février 1857 qui mentionne l’obligation de les construire.

Au bout de l’allée arrive le parking des tanneurs. A Lamballe la tannerie occupe une place importante. Pour traiter les peaux il faut beaucoup d’eau, Le Gouessant est là et pour le tan les chênes de la forêt de La Hunaudaye sont proches.

Lamballe centre avec sa place et ses maisons à colombages. La maison du bourreau, elle ne l’a jamais abrité mais se trouve face au lieu où la justice était donnée. Aujourd’hui elle abrite le musée Mathurin Méheut  qui a côtoyé Yvonne Haffen.

La place du marché où le jeudi se tenait le marché aux cochons. Face à nous Le Haras National créé en 1825, il est le berceau du cheval de trait. Avec ses étalons, ses belles écuries, ses salles d’attelage, ses selleries, sa forge et son centre équestre il mérite une visite. En le contournant nous voilà dans le quartier de St Martin avec son église qui est la plus ancienne de trois que possède Lamballe.

En longeant Le Gouessant montons au Moulin de St Lazare. . Nous sommes sur l’emplacement le plus ancien de Lamballe. Un tel décor mérite bien un arrêt pour faire une photo de groupe. Rejoindre le plan d’eau de La Ville Gaudu en longeant le Gouessant pas désagréable alors que les cols verts nous accompagnent. Il nous faut prendre des forces si nous voulons aborder une seconde étape. Au bord de l’eau et avec le soleil.

Différent le circuit de cet après midi… Longer Le bois de La Moglais. . Un bois privé qui offre des tours et des détours sur des sentiers bien balisés. Sur le chemin du retour nous apercevons le château du même nom au milieu de son parc.

La Poterie, petit bourg qui bénéficie de la bonne activité économique de Lamballe. Bien loin l’époque où ses habitants se faisaient potiers. La vaste étendue de landes offrait la matière première pour la fabrication. Une association fait revivre chaque été l’époque où les potiers s’activaient autour des fours. Bois et sous-bois nous avons foulé avant de retrouver le plan d’eau.

Un circuit qui nous a fait découvrir le Grand Lamballe. Sur les cinq communes qui le forment nous avons marché à Lamballe, Maroué et LA Poterie.

Un beau circuit de 26 km où ville, campagne et bois a montré qu'au Club de L'Argentel il y a de bons marcheurs !

 

Une journée sac à dos avec les marcheurs de L'Argentel dans Le Penthièvre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mnlg 06/05/2015 18:16

Presque koh lanta.