Douceur sur les sentiers de Vildé Guingalan

Publié le par randonnee-quevert

Quand Jean-Claude se fait guide et photographe

Quand Jean-Claude se fait guide et photographe

 

Jour du repas dansant pour le club de l'Argentel. Sylvain accueille les membres du club réunis autour des tables et aussi danser valses, rocks et boléros au son de l'orchestre. Aujourd'hui c'est Jean-Claude qui prend le bâton de guide. C'est un rendez-vous à Vidé-Guingalan qu'il nous propose. C'est OK rendez-vous au bourg.

Chaussés et avec les sourires qui s'affichent sur les visages : le beau temps est avec nous, voilà les 18 marcheurs partis pour une nouvelle aventure sur les chemins. Vildé, une petite cité qui ne cesse de s'agrandir avec ses 1250 habitants.

Au cours de notre circuit un constat : la commune est dotée d'un patrimoine bâti de qualité. Comme sa voisine St Maudez l'ordre des Templiers a marqué son passage. sur la commune Ils avaient construit une léproserie ou maladrerie . Le clos de la Maladrerie reste le témoin de cette époque.

Vildé a vu ses hommes partir pour la grande pêche sur les bancs de Terre-Neuve. Dans leur doris et perdus dans la brume tous n'ont pas retrouvé les terres bretonnes.

Marques du passé Vildé compte encore 6 croix et calvaires, 20 puits et fontaines et 4 fours à pains. Nous en avons longé quelques uns.

La légende dit qu’à Vildé les lavandières étaient tellement craintes pour leurs commérages, que les voyageurs effectuaient un détour pour éviter de les croiser. Nous autres marcheurs n' avons pas croisé les lavandières...

     Jean-Claude a tout fait pour les éviter en prenant son bâton de guide, alors MERCI !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article